Un mois d'or !?

Alors on en parle de ce mois d’or !?

Euhh par où commencer ? Le post partum est un continent souvent caché, souvent exploré en solitaire. On en parle de plus en plus mais la traversée n’est pas encore devenue une croisière paisible… en tout cas, pas pour moi ! Je n’avais rien anticipé pour ce post partum. Je n’avais pas vraiment de mauvais souvenir de cette période pour mes autres naissances alors je n’étais pas spécialement inquiète. J’avais lu beaucoup de choses, disant qu’il fallait anticiper, préparer des repas à l’avance, demander de l’aide… Rester couchée pendant un mois à ne rien faire pour prendre le temps de se remettre de l’accouchement !!! Alors dans la théorie, on en rêve toutes, dans la pratique comment on fait ?

Dans la vraie vie, on fait comme on peut et parfois ce post partum se transforme en tsunami ! Je dois dire que je n’ai pas vu venir ce baby blues, ce méchant contrecoup après cette grossesse difficile. Moi qui pensais que toutes ces inquiétudes partiraient en fumée quand j’aurais ce bébé dans les bras, il n’en a rien été. J’avais tellement peur pour elle. J’ai mis du temps à réaliser que tout allait bien pour elle. Et puis il y a les douleurs partout, ce corps de Bibendum dégonflé. Les larmes qui montent devant le miroir. Les larmes qui coulent pour un oui, pour un non. L’odeur du lait et du sang. Les angoisses de mort liées au fait de donner la vie… Toutes ces réjouissances qui accompagnent ce moment merveilleux de la naissance. J’ai aussi découvert la culpabilité qui accompagne ce baby blues parce que tu as tout pour être heureuse et sans savoir pourquoi tu t’effondres pour un rien ! Heureusement j’ai été bien accompagnée et j’ai réussi assez vite à reprendre le dessus. Chaque visite bienveillante m’a fait un bien fou, chaque petit mot, chaque coup de fil, chaque attention. J’avais envie de voir du monde (enfin pas n’importe qui hein !?), j’avais envie qu’on prenne soin de moi. Je ne sais pas si un congélateur plein m’aurait aidé à mieux traverser cette étape mais les visites étaient précieuses. Et puis j’ai attendu le congé paternité de mon mari comme le messie… Et c’est vraiment ça qui m’a le plus aidé ! J’ai arrêté de pleurer pour un oui ou un nom, j’ai arrêté de surveiller sa respiration toutes les 5 minutes… et j’ai repris la mienne (de respiration !). Aujourd’hui ça va beaucoup mieux, je profite sereinement de tout ce petit monde. Finalement c’est chouette d’avoir un bébé de début d’été, ça nous laisse toutes les vacances pour trouver ce nouvel équilibre à 6. Je me rends compte à quel point ce temps est précieux pour toute la famille pour que chacun trouve sa place.

 moisdor1 moisdor2 moisdor3

Un mois de papillon

C’est parti pour une nouvelle série ! J’y pensais depuis un moment déjà et par miracle j’ai réussi à finir ce papillon avant d’accoucher. Il pourra se transformer en déguisement plus tard… Bon, mon mari n’a pas du tout validé. Il se moque de moi, me disant que je fais du Anne Geddes maintenant ! Tant pis, j’assume cette nouvelle lubie pour mon dernier bébé…

1moislight 1moisbislight

Et donc à un mois ce petit papillon a déjà bien grandi ! Elle s’éveille de plus en plus. Elle fait ses premiers sourires. Nous avons enfin arrêté les couches taille préma. Elle suce son pouce. Elle reçoit une quantité de bisous quotidienne impressionnante. C’est simple, tout le monde se dispute pour la prendre dans les bras et ça tombe bien, elle adore ça !

Fatou Matou

L’autre petite dernière ! Nous avions promis que nous aurions un nouveau chaton avec l’arrivée du bébé. Entre la toxo et tout le reste nous avions préféré attendre un peu et finalement c’est tombé à pic ! J’avais oublié la joie que pouvait procurer un petit chaton dans une maison. Les enfants ont choisi de l’appeler Fatou comme le personnage de leur spectacle de fin d’année. Tout le monde est gaga et ça permet de faire un peu diversion… 😉 Surtout la grande soeur qui a beaucoup de mal à s’éloigner du bébé ! J’en profite pour vous montrer la petite robe cousue pendant ma grossesse. Il s’agit du modèle Milano de chez Ikatee en Liberty chéri !  Le modèle tombe super bien comme d’habitude !

fatou1 fatou2 fatou3 fatou4

Bonne journée !

Dahlia

Elle est arrivée comme un petit soleil, comme on allume la lumière dans la nuit et tout d’un coup sa petite vie nous a éclairés. Les derniers mois de la grossesse ont étés tellement teintés d’inquiétude que nous avons vécu son arrivée en pleine santé comme un grand soulagement. Et puis elle est là, comme une évidence, elle vient compléter notre famille comme si sa place avait toujours été là. Nous l’attendions, elle !

Nous nous étions préparés à beaucoup de scénarios bien plus sombres pour son arrivée, mais elle a déjoué tous les pronostiques des médecins pour notre plus grand bonheur. Nous avons compté, les jours, les semaines, les grammes… Tous ces mois suspendus aux monitorings, aux échographies, aux avis médicaux se sont envolés à la première seconde et maintenant je me demande comment j’ai pu douter de sa force ! Nous lui avions demandé d’attendre la floraison des tournesols pour venir, elle a respecté à la lettre notre requête. Je crois même qu’elle serait bien restée au chaud encore un petit peu… Je pense qu’il y aura toujours ce sentiment d’injustice en repensant à cette grossesse, comme si on m’en avait volé une partie. J’ai la chance que notre histoire se termine (ou plutôt commence) très bien, mais il faudra sans doute un peu de temps pour digérer tout ça.

L’accouchement ne s’est pas vraiment déroulé comme je l’aurais souhaité (comme beaucoup de femmes me direz vous !) mais il faut croire que l’inattendu et le lâcher prise, c’était vraiment le leitmotiv de cette grossesse. Malgré la tempête, nous avons pu préserver son arrivée qui s’est faite dans la douceur et c’est ce qui était le plus important pour nous.

Et bien sûr ce petit bébé est magnifique, elle est toute parfaite !

Dahlia1 Dahlia2

Alors maintenant place à la douceur et au bonheur de la voir grandir parmi nous…

Et une baby shower pour la route !

Je ne pensais pas faire de Baby shower cette fois. J’ai fini cette grossesse tellement épuisée par tous ces rebondissements… Mais je me suis aussi sentie très seule cette année entre les confinements et les hospitalisations, j’ai vu beaucoup plus de médecins que d’amis !

Et puis d’un coup, je me suis dit que justement, cette fois j’avais encore plus besoin de fêter cette fin de grossesse. Je me suis décidée sur un coup de tête, au dernier moment ! Nous avons donc fêté ça en tout petit comité mais c’était si doux … C’était aussi pour moi l’occasion de rassembler les bonnes ondes pour l’accouchement.

Je n’avais pas le temps ni l’énergie de préparer quoi que ce soit alors j’ai fait au plus simple, des coussins, des plaids dans l’herbe, quelques bougies, des fleurs… J’ai ressorti le « chapiteau » que j’avais cousu pendant le confinement l’année dernière, l’occasion de le tester en extérieur. J’ai juste eu envie d’une couronne de fleurs, c’était mon petit caprice pour ce jour improvisé et je n’ai pas regretté !

babyshower1 babyshower2 babyshower3 babyshower4 babyshower5 babyshower6 babyshower7 babyshower8 babyshower9 babyshower10