Le chemin de la continence

fridouchka1 fridouchka2 fridouchka3 fridouchka4 fridouchka5

J’ai volontairement choisi le terme de continence plutôt que celui de propreté, dans le sens où l’enfant n’est pas « sale » avant d’être propre. Comme promis, je prends enfin le temps de vous parler de ce chemin parfois chaotique que parcourent nos enfants jusqu’à la maîtrise de leurs sphincters. Nous avons eu la chance que cela se passe assez facilement pour chacun de nos enfants. Les garçons ont été propre à 2 ans, le jour et la nuit quasiment simultanément. Pour le grand cela a été très simple et immédiat, le petit a fait plus d’accidents (cela peut encore lui arriver occasionnellement, lorsqu’il est pris dans un jeu). La petite dernière a battu tous nos pronostics en commençant ce chemin à 20 mois. Elle ne porte plus de couches la journée et fait très peu d’accident et se relève très souvent la couche sèche le matin. Elle se réveille même parfois la nuit pour faire « pipiii oilettte! ». Bref, c’est bien parti et je crois que nous allons bientôt arrêter la couche la nuit !

La situation est souvent inégale selon les enfants, je crois qu’il peut y avoir aussi une part de génétique pour ce qui est de l’énurésie. J’avais donc envie de partager quelques astuces qui nous ont aidé à accompagner nos enfants, peut-être qu’elles pourront vous servir. Je vois tellement d’enfants qui arrivent en Petite section sans avoir acquis la maîtrise de leurs sphincters (ou depuis très peu de temps) que je me suis dit que ce billet pourrait être utile. Je n’ai pas de solution miracle, juste quelques pistes à partager. Alors déjà pour commencer, nous avons toujours beaucoup changé nos bébés (en plus avec les couches lavables c’est devenu indispensable) pour qu’ils soient au sec le plus souvent possible. En cas de selles, nous les avons toujours changé immédiatement. Je pense vraiment que la continence passe aussi par là. Vous perdrez peut-être du temps et des couches au début mais vous en gagnerez plus tard. Nous avons aussi choisi d’installer des toilettes d’enfant dans la salle de bain des enfants, c’est un investissement mais pour une famille nombreuse, ça vaut le coup. Ensuite, je crois que la véritable astuce a été de proposer le slip /culotte avant le terribeuuul two et la période du non. Il y a quelques indicateurs qu’il faut relever et ne pas louper le coche, je crois qu’il y a une marge de manoeuvre avant deux ans que de nombreux parents loupent de peur de brusquer l’enfant mais cela peut se faire en douceur. Il suffit d’avoir confiance en eux. Pour mon aîné, le déclic s’est fait avec un slip de pompier qui lui a donné envie de sauter le pas. Le deuxième m’a demandé un slip comme son frère et nous avons eu la chance d’être accompagnés par l’équipe de la crèche tout au long de ce processus. Pour la dernière, nous lui avons beaucoup proposé d’aller aux toilettes jusqu’à ce qu’on se rende compte que sa couche restait sèche une bonne partie de la journée. J’ai aussi testé différents supports, des gommettes à coller dans les petits carrés du carrelage de la salle de bain, des livres et encore des livres !

Et chez vous, comment cela s’est passé ? Vous avez des astuces à partager ?

9 comments to Le chemin de la continence

  • Casa

    Grande frimousse a appris à aller sur le pot avec sa poupée qui faisait de même juste à côté. 😉 A deux, c’était plus facile !

  • marion

    Oui mais la nuit… je n’ai aucune idée à part laisser le temps au temps, ça viendra tout seul… Mais passés 5 ans c’est long parfois, hahaaa !

  • Emmanuelle

    Coucou. Chez nous, grand poussin a été propre jour et nuit à 18 mois et poussine idem à 21 mois. Comme chez vous, nous changions la couche immédiatement. D ailleurs, les 2 ne supportaient pas d avoir la coyche souillée. Comme je les comprenais !! Nous avions installé 1 petit pot dans leur chambre (pour la nuit au cas où) et réducteur de toilette avec petit banc. Ils étaient ainsi (presque) autonomes. Et surtout, merci Nounou car il y avait 2 « grands » de 3 ans déjà au top de ce côté là avec nos loulous. Nos loulous limitaient tout ce que faisaient les « grands » y compris les pauses pipi & co. Mais effectivement, il faut observer et être à l écoute de son bout de chou. C est plus facile.

  • Thelma danglard

    Bonjour,
    Ici on a tenté de d’etre A l’ecoute De leurs envies. Mon premier garçons vers 22 mois, on y était presque mais l’arrivee De son petit frère a repoussé le processus à un and plu tard. Jusqu’a La semaine dernière il portait encore des couches la nuit.
    Son petit frère, pareil, vers 20 mois, et puis il a imiter son grand frère et on vient de se rendre compte que les couches sont aussi sèches la nuit. Il a 23 mois et ne porte plus de couches.
    En une semaine, on a totalement dit adieu aux couches, c’etait fou et inattendu pour nous!
    Mêmes astuces, les slips attractifs, les livres dans les toilettes, le change rapide , et surtout la bienveillance. On a juste soutenu sans jugement.
    Même si c’est parfois déroutant ce chemin , c’est tellement beau de les voir grandir

  • Queenofgraou

    Bonjour, je ne laisse jamais de commentaires mais prend toujours plaisir à vous lire vous qui êtes une pationnée ce sujet me touche particulièrement car ila fait bien sûr parti de ma vie de maman mais il fait aussi parti de ma vie professionnelle étant éducatrice de jeunes enfants en crèche ( terme pro qui serait à revoir mais la n’est pas le sujet lol). J’aimerais rajouter que l’autonomie est importante dans ce parcours et ça commence avec des vêtements pratiques ( pas de bodie ou de pantalon compliqué à défaire et remettre…) Car l’objectif et bien de faire seul. Il est intéressant aussi de ne pas demander tte les 5min à son enfant si il veut y aller car si l’adulte pense pour lui l’enfant ne prendra plus le temps de ressentir son besoin puisqu’il aura pris l’habitude qu’on y pense pour lui ( comme vous disiez la confiance). Et comme parfois les mots ont leur importance je laisse l’idée de parler « d’oubli » plutôt que « d’accident » qu’on laissera à des choses graves ce qui dedramatisera la chose…

    Merci pour l’espace d’échanges et les belles photos

    • Merci, c’est très intéressant d’avoir ton point de vue.Je plussoie sur les vêtements pratiques, c’est d’ailleurs valable jusqu’à la maternelle !
      Je n’avais jamais pensé à ce terme d' »accident » !

  • lunapart

    L’acquisition s’est toujours faite en été autour de 2 ans(un peu avant pour les ainées un peu après pour la benjamine) en les laissant toute la journée fesses nues et avec le pot facilement accessible, ainsi ça devenait rapidement un jeu d’aller mettre les pipis et les cacas dans le pot plutôt que par terre et de nettoyer après. Le droit de tirer la chasse d’eau était très apprécié aussi 😉
    En lisant ton post je réalise que nous avons aussi toujours changé très vite les couches et qu’on n’a jamais cherché les modèles « toucher sec » en plus la dernière était en lavable (ça me semble tellement évident de ne pas laisser quelqu’un mariner dans ses excréments que je n’ai pas pensé que ça pouvait jouer aussi).
    J’ajouterai que quand on porte beaucoup les enfants on « sent » dans leurs mouvements ou leur posture leur besoin d’éliminer, c’est donc facile de proposer le pot juste avant que ça ne sorte 😉

  • Marie-Agnès VIGNAUD

    Bonjour, je suis plus âgée et j’avais adopté un conseil de ma mère qui était de mettre l’enfant dès les beaux jours en culotte afin qu’il appréhende la sensation du pipi qui coule! Et surtout pas de drame car c’est contre productif. Et pour ma deuxième une formidable motivation a été la promesse d’aller à l’école quand il n’y aurait plus de couche et nous avons bien été embêté car elle fut propre à 22 a
    mois et nous avons dû la faire attendre jusqu’en septembre (elle est née en mai)!

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>